Fake news, infox, infodémie : quelques outils et ressources de fact-checking

Avec la démocratisation d’internet, les sources d’informations se sont multipliées de manière exponentielle. Si les possibilités de s’informer sont diverses, les mécanismes du web et leur logique algorithmique entrainent en réalité de nombreux biais de confirmation 

“Les gens s’arrangent le plus souvent pour sélectionner les informations qui vont dans le sens de ce qu’ils croient (ou veulent croire) et interprètent les informations dont ils disposent pour les faire parler en faveur de leurs hypothèses favorites. Cette supposée tendance à la confirmation de nos croyances occupe une place centrale dans le répertoire de ce qu’il est désormais convenu d’appeler des « biais cognitifs ».” (1)

Les algorithmes vont nous diriger vers des contenus similaires à ceux que nous avons l’habitude de consommer, donnant l’impression que tout embrasse nos opinions. Une personne qui aura consulté, ne serait-ce que quelques fois des contenus diffusant des fakes news* se retrouvera bientôt à n’avoir accès qu’à ce type d’informations.  

Il existe aujourd’hui une large communauté de chercheurs, de journalistes, de citoyens ou encore de bibliothécaires qui tentent d’endiguer cette dynamique.

Mais comment ? Telle est la question…! 

Infographie “Comment repérer des fake news”, IFLA

Oui, comment lutter contre les fake news ?

En adoptant d’abord certains réflexes simples : identifier la source et l’auteur, ne pas lire que le titre d’un article, vérifier la date…

mais aussi et surtout en s’aidant d’outils et de ressources de fact checking*, qui permettent vite fait, bien fait, de vérifier la source et la fiabilité d’une information.

 

“Le fact-checking est une activité consistant à vérifier l’authenticité de publications ou de déclarations douteuses afin d’empêcher la prolifération d’informations fausses ou trompeuses qui risquent d’être préjudiciables pour la société.” (2)

top 3 des outils à ne pas louper

Decodex(3)

Décodex est un outil proposé par le journal Le Monde, qui permet de vérifier une information ou un site internet directement à partir de l’adresse URL.  

Si le site est référencé comme étant trompeur, un message de vigilance s’affiche.

 

Des références d’articles issus de sites reconnus sont ensuite proposées pour pouvoir vérifier et croiser les informations. 

Si le site diffuse de fausses informations mais de manière satirique, un avertissement le signale. 

Une extension de navigateur disponible sur Firefox et Chrome permet de faire de la vérification directement lorsqu’on navigue sur internet. L’extension s’active lorsqu’on consulte :

  • Un site « très peu fiable » : le favicon* s’affiche en rouge et un message d’alerte s’ouvre 
  • Un site « plutôt fiable » : le favicon s’affiche en jaune 
  • Un site « parodique » : le favicon s’affiche en bleu 

Il est ensuite possible de cliquer sur le favicon pour obtenir plus d’informations sur la nature du site, ses auteurs, sa mouvance politique, etc. 

Enfin, Décodex est doté d’un chatbot* qui répond aux questions des internautes. 

InVID -WeVerify 

InVID-WeVerify est une extension disponible sur les navigateurs Chrome et Firefox issue de plusieurs projets financés par l’Union Européenne. L’objectif de cette véritable “boite à outils” est de répondre aux problématiques des journalistes dans leur travail de vérification de l’information. Nous présenterons ici seulement les fonctionnalités les plus utiles pour une utilisation du quotidien.  

En cliquant sur “Outils” il est possible de choisir entre : vidéo, image, recherche et analyse de données.  

Analyse de vidéos > en saisissant l’adresse URL d’une vidéo YouTube, Facebook ou Twitter, l’outil extrait les images clés qu’il sera ensuite possible d’utiliser pour une recherche d’images inversées. L’analyse fourni aussi toutes les métadonnées de la vidéo (date, nombre de vues, d’abonnés à la chaîne etc.), y compris les droits d’auteur associés.

Analyse d’images > cette option propose plusieurs possibilités :

  • l’analyse d’image issues de Facebook ou Twitter pour connaître leur contexte de publication
  • une loupe, qui permet d’observer une image plus en détails
  • métadonnées, en copiant le lien d’une image dans la barre de recherche on obtient toutes les métadonnées : marque de l’appareil photo, logiciel, artiste, horodatage, description etc.
  • forensic, outil qui permet de visualiser les zones modifiées
  • OCR, outil qui permet de détecter la langue des panneaux, affiches etc. sur une photo

Recherche > permet grâce à ces 3 outils : recherche Twitter, fact-checks et XNetwork, de faire des recherches poussées sur les réseaux sociaux et de fact checker des informations.

Analyse des données > permet avec la fonction “Facebook & Instagram CSV analysis” d’importer des fichiers CSV qui permettent d’analyser en détails un compte ou une page sur l’un de ces réseaux sociaux.  

Pour vous faire la main, découvrez le serious game dédié à l’outil InVid-WeVerify !

CheckNews 

CheckNews est un outil proposé par le journal Libération, qui se définit comme un service de “journalisme à la demande”, puisqu’il permet aux internautes d’interroger directement les journalistes. Ces derniers s’engagent à vérifier les chiffres, les images, les vidéos ou encore les affirmations de politiciens, d’experts etc. trouvés dans les médias. Ils ne répondent donc pas aux questions qui pourraient appeler à des réponses subjectives ou partisanes.  

top 3 des sites à absolument connaître

De facto 

De facto est un agrégateur de fact-checks réalisés par différents médias français de référence dont l’AFP, 20 Minutes, Libération, Les Surligneurs, Franceinfo… proposée par le collectif international EDMO et portée en France par Sciences Po, l’AFP, le CLEMI et XWiki SAS. 

  

En plus des fact-checks, la plateforme met à disposition des contenus pédagogiques (vidéos, tutoriels, guides…) ; ainsi que des comptes rendus de travaux de recherche (analyses, études…) menés par le laboratoire Médialab de SciencesPo sur l’écosystème des médias numériques. 

Vrai ou fake

Vrai ou Fake est un feed* de fact-checking et de debunking* qui rassemble les contenus de différents médias : Arte, l’Institut national de l’audiovisuel, France Médias Monde, France Télévisions, Radio France et TV5 MONDE. Les journalistes décryptent et analysent les rumeurs, les fake news, et débusquent les erreurs et mensonges des personnalités publiques sous la forme d’articles, de vidéos ou encore de podcasts. 

Politifact, the truth-o-meter

Politifact est une plateforme américaine développée par le Tampa Bay Times dédiée à la vérification de déclarations de personnalités publiques et notamment politiques parues dans les médias.

Chaque déclaration est analysée et décryptée, puis notée sur une échelle de véracité :

  • Vrai : la déclaration est exacte et il ne manque rien de significatif.
  • Partiellement vrai : l’énoncé est partiellement exact mais omet des détails importants ou sorti du contexte.
  • Partiellement faux  : l’affirmation contient un élément de vérité mais ignore des faits essentiels qui donneraient une impression différente.
  • Faux : l’affirmation n’est pas exacte.
  • Pants on fire” : la déclaration n’est pas exacte et contient une affirmation ridicule.

Le site propose une entée par états, par thématique, par personnalité, par médias ou encore par niveau de véracité.

L’équipe de journalistes analyse également les promesses de campagne des candidats ou dirigeants politiques en fonction de résultats vérifiables, et non des intentions ou des efforts. Chaque promesse est étudiée et notée selon les critères suivants :

  • Pas encore coté : niveau initial, ou point mort.
  • En travaux : statut qui indique que la promesse a été proposée ou est envisagée.
  • En panne : la promesse ne progresse pas
  • Compromis : la promesse ne correspond plus à l’annonce initiale, mais une réalisation significative conforme à l’objectif est notée
  • Promesse tenue : la promesse est en grande partie ou entièrement tenue.
  • Promesse non tenue : la promesse n’est pas tenue. Une promesse non tenue ne signifie pas nécessairement que l’exécutif n’a pas défendu la politique.

Qui check les fact-checkers ?

Et bien oui, quand on commence à aiguiser son esprit critique, on a tendance à chercher la petite bête, tout le temps et partout ! Qui check les fact-checkers, la question est plus que légitime.

La plupart des fact-checkers appartiennent au réseau de l’International Fact-Checking Network (IFCN), dont l’adhésion doit être renouvelée tous les ans par le dépôt d’un dossier. Cette adhésion implique obligatoirement le respect d’un code de principes qui engage :

  • l’impartialité et l’équité
  • le respect des normes de citations et la transparence des sources
  • la transparence des financements et de l’organisation
  • le respect de la déontologie et la transparence dans la méthodologie de travail
  • l’acceptation d’une politique correctionnelle ouverte et honnête

Pour vérifier la fiabilité de vos fact-checks, pensez donc à repérer la mention de l’adhésion à l’IFCN.

Quelques critiques à propos du fact-checking

Si nous recommandons les outils comme Décodex ou CheckNews et plus globalement la démarche du fact-checking, nous trouvons important d’apporter quelques nuances à cette pratique journalistique.

Dès son lancement, Décodex a subi des critiques de la part de journalistes de tous bords : pourquoi les journalistes de Le Monde seraient plus à même de juger le “bon” du “mauvais” journalisme ? Les journalistes devraient-ils être à la fois juges et parties ? Il arrive d’ailleurs que le quotidien lui-même publie de fausses informations ! Non pas dans un but trompeur, mais parce que le journal fonctionne selon une logique d’immédiateté, d’exclusivité de l’information, ou même de buzz, qui entraine parfois que la vérification des faits soit effectuée a posteriori.

La notion même de fact-checking renvoie à celle de vérité, mais aussi de subjectivité. La question du point de vue et du mode de traitement de l’information est donc importante à prendre en compte dans la démarche de fact-checking. Si CheckNews vérifie une même série de données factuelles traitées dans plusieurs médias, il est tout à fait possible que deux fact-checkers distincts jugent cette information respectivement vrai et fausse. Pourquoi ? Parce que dans chacun des médias où ces données factuelles ont été publiées, elles ont été traitées, abordées et présentées différemment sans pour autant que le contenu en soit modifié.

Aujourd’hui la pratique du fact-checking est devenue une véritable marque de fabrique pour certains médias et un gage de qualité pour de nombreux lecteurs. Et pourtant, la vérification de l’information est censée être au cœur du métier journalistique. C’est une activité qui ne devrait pas devenir une plus value mais bel et bien être un prérequis à la diffusion d’une information.

Vous l’aurez compris, le fact-checking va plus loin que ce qu’il n’y paraît. Il s’inscrit dans un contexte de forte concurrence médiatique, de massification des fake news mais également – pour une partie grandissante de la population – de perte de confiance envers les médias.

Liste non exhaustive d’outils et de ressources de fact checking 

Glossaire

  1. Fake news : traduit en français par le terme infox, mot-valise composé à partir des termes information et intoxication, désigne une information mensongère ou délibérément biaisée, contribuant à la désinformation.
  2. Fact-checking : technique journalistique consistant à vérifier et à valider l’exactitude des informations, la véracité des faits rapportés dans les médias et des affirmations émises dans les discours publics, le plus souvent par des personnalités politiques ou par des experts.
  3. Debunking : traduit en français par le terme démystificateur, désigne  une personne ou une organisation qui tente d’exposer ou de discréditer des revendications censées fausses, exagérées ou prétentieuses.
  4. Feed : anglicisme employé pour désigner un flux d’informations, de données ou de publications sur les réseaux sociaux.
  5. Favicon : mot-valise composé des termes anglais favorite et icon, désigne un icône informatique qui permet de symboliser un site internet. Les navigateurs utilisent notamment des favicons pour représenter les favoris ou encore les extensions.
  6. Chatbot : anglicisme qui désigne un programme informatique capable de dialoguer avec un internaute par le biais d’une messagerie automatisée et instantanée.

Pour aller plus loin 

 

Cet article a été rédigé par Raphaëlle Billy & Mélanie Castro

1 | Vorms, M. (2021). Bayes et les biais. Le « biais de confirmation » en question. Revue de métaphysique et de morale, 112, 567-590. https://doi.org/10.3917/rmm.214.0567  
2 | Laurière Stéphane, « Fact-checking à l’AFP », consulté le 11 mars 2022, URL :  https://defacto-observatoire.fr/Explorer/Fact-checking-a-l-AFP/
3 | Certaines critiques ont été émises par des journalistes sur l'outil Décodex. Ils considèrent que l’on ne peut pas « être juge et partie » c’est-à-dire que ce n’est pas aux journalistes de juger qui sont les « bons » et les « mauvais ». Néanmoins, cet outil reste un moyen efficace et fiable pour obtenir une première expertise d’un site ou d’une information.

8 sources pour accéder (vite) à des flux RSS de documents en SHS

Ci-dessous, 10 idées pour accéder facilement à des flux RSS généralistes en lettres et SHS  -post dédicacé aux doctorants d’Isidoct 2022 !

1. Isidore :

Vous pouvez créer des flux à partir de cet outil spécifique aux SHS. Il faudra pour cela vous créer un compte sur le site:

– enregistrer vos requêtes en cliquant sur l’étoile:

– vous rendre dans “mes requêtes” (en gauche à gauche) et copier le flux 

2. Hal et Hal-SHS :

Pour les différents portails de Hal, généraliste ou spécialisé SHS, l’ergonomie est la même : une fois la recherche effectuée, je vais chercher les outils à droite, puis “syndication”: 

3. Openedition:

Une mine de flux RSS, de ceux de Calenda (évènements de la recherche) aux Carnets de recherche, en passant par les publications de livres et revues : c’est ici

4. Base:

L’excellent moteur de recherche scientifique de l’université de Bielefeld (Allemagne) permet de récupérer très facilement des flux RSS à partir de ses requêtes. Lancez une recherche et regarder dans la colonne de droite: 

5. Dumas:

La base de dépôt des mémoires après soutenance jouit de la même interface que HAL. Elle offre aussi d’enregistrer ses résultats de requêtes sous forme de flux RSS (ou Atom): 

6. Persée :

Cette base d’archives de revues principalement en SHS ouvre des flux RSS pour chacune des revues numérisées; il faut pour cela se rendre sur la page propre à une revue et trouver, à gauche, le logo RSS (clic droit > copier le lien):

7. Gallica :

Là aussi, la bibliothèque numérique de la BNF est généreuse en flux RSS. Outre des flux thématiques, vous pourrez construire le flux thématique d’une recherche particulière, en choisissant “Exporter les résultats” lorsque vous vous trouverez sur la page donnant les résultats de votre recherche : 

8. Bing:

Le moteur de recherche de Microsoft n’est pas un outil universitaire. Cependant une option intéressante permet d’y chercher des flux rss. Pour cela, taper l’opérateur “feed:” avant votre recherche, comme dans l’exemple ci-dessous:
Un clic droit pour copier le lien et le tour est joué !

BONUS Lyon2 :

Exploradoc est le moteur de recherche de votre bibliothèque électronique préférée, pour les utilisateurs de l’université Lyon2. Il permet de générer des flux RSS, à une condition: ne pas être identifié avec vos identifiants institutionnels. Une bonne solution pour se “désidentifier” peut être d’utiliser ponctuellement un autre navigateur web pour récupérer votre flux. Dans ce cas, il faudra vous rendre à l’URL ci-dessus, lancer votre requête, puis cliquer sur “créer une alerte”: 

OU SONT PASSES LES FLUX RSS DE CAIRN ?

Dans le billet précédent, on vous expliquait ce qu’étaient et à quoi servaient les flux RSS.

Vous avez donc certainement fait le tour de vos sites internet et de vos bases de données préférées pour récupérer les fils et les ajouter à votre environnement Zotero.

Mais, vous êtes tombé.es sur la tuile ultime : où sont passés les flux RSS de Cairn ?

CAIRN : base pluridisciplinaire francophone sur laquelle retrouver des ebooks, des magazines de vulgarisation, des encyclopédies de poche et des revues scientifiques dans tous les domaines des sciences humaines et sociales ; ressource fondamentale la plus consultée à Lyon 2, sur laquelle vous naviguez 7/7 et H24… sans laquelle vous ne pourrez jamais finir votre mémoire et qui résiste aux extensions dénicheuses de flux RSS ?

Pas de panique, vos bibliothécaires-formateurs ont retrouvé le chemin !

Mode d’emploi pour retrouver les flux RSS de CAIRN

Rendez-vous sur Cairn et scrollez jusqu’au bas de page. Cliquez sur la rubrique « Aide ».

Sur la page d’aide, dans la brique « Consulter », cliquez sur le lien « Où sont les flux RSS ? ».

Puis cliquez sur « Flux RSS ».

En un simple clic, choisissez le fil qui vous intéresse de surveiller : revue ; ouvrage précis ou bien thématique, à vous de décider. Attention, il n’est pas possible d’obtenir des flux RSS pour un auteur.

 

 

Billet proposé par Mélanie Castro, à partir des astuces de Camille Tedesco (Bibliotheque Richter, Montpellier) – 19/01/2022

LES FLUX RSS, L’OUTIL « SO 90’S » A REMETTRE A LA PAGE ?

Un flux RSS, qu’est-ce que c’est ?

Un flux RSS est un fil d’informations au format XML généré automatiquement par un site internet, qui contient généralement le titre, le résumé, et l’URL d’un article nouvellement paru.

En liant des flux à un outil de lecture dédié, que l’on appelle un agrégateur de flux, ces fils d’informations permettent de regrouper et de visualiser en un seul endroit l’actualité des sites internet qui vous intéresse et d’ainsi gagner du temps dans vos recherches.

Concrètement, comment ça fonctionne ?

Le fil en lui-même, est en fait une page XML brute, illisible pour les humains. Ce qui nous intéresse, c’est l’URL, qu’il faut lier à un agrégateur de flux.

 

De nombreux outils permettent d’agréger, classer et filtrer des flux RSS : applications, extensions de navigateurs, webservices et même logiciels, dont le célèbre Zotero.

Extensions / Plug-ins

Applications

Webservices

Logiciels

Sage-Like (Firefox)

News 360

Feedly

Zotero

Feedbro (Firefox / Chrome)

Reeder 2

Netvibes

Feedreader

Extension Abonnement RSS (Chrome)

Feeder

Inoreader

Omea Reader

RSS Feed Reader (Chrome)

 

The Old Reader

 

Awsome RSS (Firefox)

 

Newsblur

 

Smart RSS reader (Firefox)

 

 

 

Alimenter Zotero à partir de flux RSS, c’est possible.

Il est effectivement possible d’utiliser Zotero comme agrégateur de flux RSS et donc de pouvoir directement alimenter sa bibliothèque de références bibliographiques pertinentes, récupérées de manière automatisée.

Pour ajouter un fil RSS dans Zotero, il faut d’abord récupérer son adresse URL. Certains sites proposent un fil spécifique pour chaque rubrique (Le Monde), pour chaque revue (OpenEdition) ou même pour chaque auteur/autrice. (Springer).

Il faut parfois fouiller un peu pour les retrouver, mais des astuces existent ! Par exemple, on retrouve très souvent l’icône des flux RSS en bas de page ou bien près des renvois vers les réseaux sociaux. Vous pouvez aussi ajouter des extensions de navigateurs pour repérer à votre place les flux cachés de vos sites favoris.

Dans Zotero, il suffit de cliquer sur l’icône « Bibliothèque » et choisir « Nouveau flux » puis coller l’URL du fil RSS que vous souhaitez ajouter.

Attention : les URL qui contiennent le suffixe bibelec.univ-lyon2.fr ne fonctionnent pas. Il ne faut donc pas passer par les pages de la bibliothèque électronique pour récupérer les URL des flux.

 


Bibliographie

Blazquez Christophe et Zamoum Samir, Les nouveaux outils bureautiques gratuits : Collaborer, échanger et s’organiser avec les outils du web Ed. 3, Gereso, 2016, consulté le 19 janvier 2022, URL : http://unr-ra.scholarvox.com.bibelec.univ-lyon2.fr/catalog/book/docid/88836123?searchterm=flux%20RSS.

Delengaigne Xavier, 100 fiches pour organiser sa veille sur Internet : Au-delà de Google… Outils et astuces pour le professionnel Ed. 3, Eyrolles, 2019, consulté le 19 janvier 2022, URL : http://unr-ra.scholarvox.com.bibelec.univ-lyon2.fr/catalog/book/docid/88872805?searchterm=flux%20RSS.

 

Billet proposé par Mélanie Castro – 19/01/2022

Zotero avec Chromebook

Pour utiliser Zotero avec un Chromebook, deux solutions :

  1. N’utiliser que la version web de votre bibliothèque Zotero (en ayant créé un compte sur Zotero.org): cela limite les possibilités et l’ergonomie de la collecte mais c’est possible :
    • soit par création manuelle ou par identifiant unique
    • soit en utilisant l’icône de votre navigateur (il vous est demandé dans ce cas de laisser votre navigateur se connecter à votre compte):

2. Installer l’application Zotero : pour cela vous devrez passer en ligne de commande Linux. Ce n’est pas forcément très difficile et tout est parfaitement expliqué dans ce billet de blog !

Bonne chance !

Zotero, style APA : générer des notes de bas de page ?

Le format APA est emblématique des styles : (auteur,date), il exclut par principe les notes de bas de page. La parenthèse renvoie directement à la bibliographie en fin de travail.

Cela dit, des enseignant.es peuvent demander une présentation APA, et le maintien des notes de bas de page. Comment procéder ?

Ici un document qui indique clairement que le style APA exclut a priori les notes: 

https://etsup.bibli.fr/doc_num.php?explnum_id=5486

Mais qui explique tout de même comment les structurer (à la main).

https://etsup.bibli.fr/doc_num.php?explnum_id=5496

Pour automatiser la création des notes de bas de page, nous vous proposons deux manières de faire, mais il faut que vous les testiez sur des copies de vos documents longs (le test a été rapide, et sur un document court) ; vérifiez sur une copie que le résultat est conforme à vos besoins. 

Manière 1 : Téléchargez les styles

“Norsk APA manual 7th ed (note)” et/ou “Citation Compass APA note” qui permettent les notes de bas de page.

Rappel pour télécharger un style : Zotero> Edition > préférences > Citer > onglet “styles” > lien “Obtenir d’autres styles” puis dans le Zotero style repository, saisissez APA , les deux styles ci-dessus apparaîtront dans la liste. Vous pouvez d’ailleurs en tester d’autres.

Manière 2 : 

Téléchargez le style “APA (numeric superscript)”. Créez votre bibliographie dans votre traitement de texte par “Add/Edit Citation”. Créez des pieds de page et copiez chaque note dans la bonne page. Repositionnez votre curseur dans le corps du document à l’endroit où vous voulez insérer une bibliographie.

Toujours dans votre traitement de texte, allez ensuite dans  “Document preferences”, choisissez le style “APA normal (7th ed.)”, et faites “Refresh”.

Lors de mon test, les notes de bas de page ont été conservées, et une bibliographie s’est générée. 

Mindmapping

La Mindmap de la séance de formation (pour agrandir, cliquer en bas à droite) :

Préhistoire
Tony Buzan

COUSINAGES

Carte conceptuelle

Sketchnoting

Pour quoi faire ?

Mémorisation, créativité, supports de cours ou de présentation, synthétiser un document, apprendre/mémoriser, organiser sa veille informationnelle, etc

Quels outils ?
1-Le PAPIER
2- des logiciels: Freemind, Coggle, Mindmeister, Xmind, etc

Ressources complémentaires:
Le blog Heuristiquement, de Philippe Boukobza
Un pearltrees sur le Mindmapping
Pour trouver des icônes libres de droit :
https://thenounproject.com/
https://www.flaticon.com/

Évaluer l’information

La production d’information :
Voici la carte mentale (corrigée et enrichie) donnant les principales modalités de production d’information, leur principe de validation, leur modèle et leurs risques éventuels:

https://www.xmind.net/embed/tkEdbm/

Grille d’analyse des sources web :
À l’aide de la grille ci-dessous, comparer ces deux sites:

https://www.inmysteriam.fr/

https://zetetique.fr/lastrologie-y-a-t-il-du-vrai/

Installer ZOTERO

Zotero est un logiciel libre et gratuit, qui vous aidera à gagner en temps de travail, en rigueur et en qualité de vos biblios !

Le document ci-dessous vous guidera dans son installation:

Si vous rencontrez des difficultés avec Zotero :

DUMAS à Lyon 2: c’est quoi ? et pourquoi ?

A la différence des thèses, l’archivage des mémoires n’est pas une obligation légale. Un dépôt institutionnel peut être organisé au sein de l’université, mais c’est un choix qui dépend des composantes et de l’université elle-même.

Or, il s’agit d’une documentation de niveau recherche, parfois riche, souvent qualitative et très demandée par les usagers, notamment les étudiant.es.

Depuis quelques années, l’université de Lyon 2 s’investie dans le mouvement de la science ouverte. Par ailleurs la valorisation des publications scientifiques fait expressément partie des missions du SCD, c’est pourquoi de nombreuses actions en faveur du développement du libre accès ont déjà était mise en place et continue d’évoluer. Entre autres, le SCD participe à l’organisation de l’Open Access Week, au développement de la pépinière de revues Prairial, ou bien à la valorisation des publications scientifiques de sa communauté grâce à la création d’un portail dédié sur HAL.

 

Suite à la demande du département Histoire de la composante Temps & Territoire, le SCD s’est alors chargé de mettre en place un dépôt institutionnel centralisé des mémoires qui lie à la fois l’objectif du libre accès et de la valorisation des travaux de recherche de master. En ce sens, le choix de la plateforme d’archivage et de diffusion s’est donc logiquement porté sur la base DUMAS.

DUMAS pour Dépôt Universitaire des Mémoires Après Soutenance est un portail français d’archives ouvertes en texte intégral, hébergé par HAL. Il contient des travaux d’étudiant.es à partir de bac+4 (hors thèses), validés par un jury, dans toutes les disciplines. En 2019 près de 30 000 documents étaient accessibles en texte intégral.

La recherche et la consultation sur DUMAS sont assez simples. La base dispose d’une entrée de consultation (par type de document, domaine scientifique, structure, collection, auteur…) et d’une entrée de recherche simple avec possibilité de filtrer à postériori (par auteur, domaine, laboratoire, langue, mot-clé, année…).

Lyon 2 dispose d’une interface propre depuis laquelle il est possible de retrouver tous les mémoires déposés (recherche par UFR, mention ou date de dépôt). Un accès direct est disponible depuis le site des bibliothèques, onglet “Appui à la recherche”, rubrique “Thèses et mémoires en ligne”, puis « Mémoires ».

 

Depuis son lancement en 2018, le projet DUMAS Lyon 2 s’est ouvert à de nouveaux partenariats. En effet, après 3 ans de mise en place, c’est désormais un dispositif stabilisé dans lequel 5 composantes, 26 mentions et 54 parcours sont impliqués. D’autres partenariats se concrétiseront dès la rentrée 2021, notamment avec l’UFR SEG et l’UFR Langues.

La collection comprend désormais 38 dépôts, dont 18 dépôts « en propre » et 20 dépôts transférés*. Les composantes les plus représentées sont logiquement l’UFR T&T et ASSP avec les mentions « Histoire » (9 dépôts), « Etudes sur le genre » (6 dépôts) et « Intervention et développement social » (6 dépôts).

 

Pour une première vision d’ensemble de l’impact du travail effectué depuis l’ouverture de la collection DUMAS Lyon 2, nous avons extrait quelques statistiques de consultation, qui sont plutôt encourageantes :

On constate par exemple que le nombre de consultations augmente de manière assez significative d’année en année : il a d’ailleurs doublé en seulement 2 ans.

On distingue également une nette augmentation des consultations, particulièrement significative à partir de 2020, qui correspond à l’année dite de “phase opérationnelle” du projet.

Enfin, on note que 8 dépôts concentrent plus de 1000 consultations, avec un pic de 2000 à 4000 pour les 3 premiers dépôts les plus consultés.

En terme de proportion, c’est l’économie qui engendre le plus de consultations (mémoires en anglais transférés de la collection du GATE), mais sur les 5 mémoires les plus consultés, 4 abordent la thématique du genre.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le dispositif DUMAS, n’hésitez pas à consulter la page dédiée ou bien à contacter le service à l’adresse : memelec@listes.univ-lyon2.fr

 

 

 

 

 

 

 

*Le transfert consiste à rapatrier des notices saisies par d’autres structures dans notre collection, nous en devenons propriétaires.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search